Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

présentation

Ce petit site, ou blog-comme-on-dit, alimenté depuis novembre 2004, fait état d'un sentiment sur ce monde mal en point, des notes successives qui ne riment peut-être pas toujours à grand chose...
[...]
Rédigé quasi-entièrement en pleine possession de mes moyens intellectuels, j'espère sans aucune prétention qu'il sera susceptible de vous apporter de petits moments de réflexions...


syndication RSS


Cyber @cteurs : le site d'actions citoyennes











crôa crôa...



Freemen est un réseau de blogs, dont les autreurs sont convaincus que :

1/ le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique.

2/ s'attaquer sérieusement à ce problème (et à d’autres… guerres, pauvreté, etc.) implique une remise en cause profonde de nos modèles économiques, et particulièrement de la notion de "croissance".

Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut, comme il le veut, sur son blog.

En créant des liens entre eux, les Freemen augmentent la visibilité de chacun d'eux. Rejoignez-les...

A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crédit facile
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Dérapages
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Développement durable
Développement durable et communication
Dialogue citoyen
Dieu des chats
Duplex
Eco-echos
Ecoabita
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
EKoloGik.com
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Euromillion
Europeus
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Fred de Mai
Fsens
Géoclic
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Imagine 2012
Imagine 2050
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La rage du peuple…
Le Barrablog
Le Blog à Rythme
Le Blog de Guyom
Le grand ménage
Le Mague
Le Monde citoyen
Le site de la pauvreté intérieure
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Les méditations du sauvage
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
Met@llah
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
On refait le blog
Ostende
Page 2007
Penser paysage
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
SDF
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Tristram Shandy
Un œil sur la planète…
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002

Archives


   

L'horizon s'assombrit, ultime raison pour garder les yeux bien ouverts, et affûter sa conscience.
14 février 2006 2 14 /02 /février /2006 13:31

L'oisiveté est une bénédiction pour la planète. Cultivons-là !

 

Constat simple à entériner, l'inaction ne peut nuire, écologiquement parlant. L'homme dans sa tombe, ne nuira jamais plus que de son vivant. Partant de là, chaque acte de notre vivant devrait être mesuré, réfléchit en fonction de son impact sur l'environnement. L'empreinte écologique des occidentaux reflète bien l'impasse dans laquelle l'homme et son système capitaliste – le meilleur jamais trouvé – fonce à une vitesse démesurée, sans frein, sous doute, sans aucune réflexion, et donc sans remise en cause, en toute quiétude.

Dans de telles conditions, blâme à celui ou celle qui se rendrait compte et qui comprendrait que ce monde n'est pas viable, pour ne pas dire vivable. Blâme à la raison, à la critique contemporaine...

Le temps passe, il passe vite, toujours plus vite, s'arrêter signifierait-il vraiment se perdre à jamais ?

Nos sociétés de marché, où consommer rime avec exister, rendent le temps de penser de plus en plus cher, de plus en plus inaccessible. Est-il simplement possible de s'arrêter un instant au cours de sa vie, est-il possible de ne pas enchaîner naissance, enfance, puis travail, retraite et mort sans s'arrêter un instant à l'image du promeneur qui stoppe son pas pour admirer une fleur, un insecte ou même reprendre son souffle.

Le but humaniste de toute société est de permettre à tous, de vivre ensemble. Alors pourquoi dès lors, vouloir tendre vers le plein emploi ou encore l'automobile individuelle pour tous ? Pour se débarrasser du chômage, créons le métier de « mangeur de merde » cher à Colline Serreau ! Et pour la bagnole, sommes-nous tous conscients que nous travaillons plus pour nous la payer que nous ne l'utilisons pour aller travailler. On peut tourner la question dans tous les sens, l'argent revient sans cesse au centre de nos obligations, cette alliage étrange que l'on a créé et dont on aura vraisemblablement beaucoup de mal à se débarrasser, reste synonyme de puissance pas uniquement matérielle, mais aussi sociale, intellectuelle, sexuelle. L'argent est au somment la pyramide que chacun essaye de gravir durant le peu de temps qu'il lui est imparti sur Terre.

Misère, le rêve américain est un cauchemar général, mais comme tout ce qui est inconscient, il n'a pas de prix, et n'est pas négociable. Puisque nous rêvons éveillés, à quoi bon nous arrêter maintenant plutôt que d'attendre la fin du rêve.

Si nous continuons, cette fin viendra... et ce seront des hommes morts qui ne nuiront plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article

commentaires

shanti 15/02/2006 22:19

La fuite en avant n'est pas une solution. Loin de là. N'en déplaise à JP Sartre, nous sommes un enfer pour les autres et pour nous même.Apprendre à être avant d'avoir, éventuellement et si nécessaire. Respectant le principe du Yin / Yang, l'excès de consommation fait face à des abus et des dérives religieuses. Avoir contre Etre.La conjugaison de la Vie est un art bien particulier ...

Grenouille de Bénitier 15/02/2006 13:23

Il faut bien l'admettre, nous sommes des nuisibles pour tout le reste de la planète et si nous survivons, peut-être bien du système solaire et pourquoi pas de la galaxie. Certains envisagent déjà d'aller vivre sur Mars ! (j'ai lu ça dans imagine 2050 ). Ce serait la solution à nos problèmes ? L'enfer.

A Lire Ici