Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

présentation

Ce petit site, ou blog-comme-on-dit, alimenté depuis novembre 2004, fait état d'un sentiment sur ce monde mal en point, des notes successives qui ne riment peut-être pas toujours à grand chose...
[...]
Rédigé quasi-entièrement en pleine possession de mes moyens intellectuels, j'espère sans aucune prétention qu'il sera susceptible de vous apporter de petits moments de réflexions...


syndication RSS


Cyber @cteurs : le site d'actions citoyennes











crôa crôa...



Freemen est un réseau de blogs, dont les autreurs sont convaincus que :

1/ le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique.

2/ s'attaquer sérieusement à ce problème (et à d’autres… guerres, pauvreté, etc.) implique une remise en cause profonde de nos modèles économiques, et particulièrement de la notion de "croissance".

Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut, comme il le veut, sur son blog.

En créant des liens entre eux, les Freemen augmentent la visibilité de chacun d'eux. Rejoignez-les...

A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crédit facile
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Dérapages
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Développement durable
Développement durable et communication
Dialogue citoyen
Dieu des chats
Duplex
Eco-echos
Ecoabita
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
EKoloGik.com
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Euromillion
Europeus
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Fred de Mai
Fsens
Géoclic
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Imagine 2012
Imagine 2050
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La rage du peuple…
Le Barrablog
Le Blog à Rythme
Le Blog de Guyom
Le grand ménage
Le Mague
Le Monde citoyen
Le site de la pauvreté intérieure
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Les méditations du sauvage
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
Met@llah
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
On refait le blog
Ostende
Page 2007
Penser paysage
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
SDF
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Tristram Shandy
Un œil sur la planète…
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002

Archives


   

L'horizon s'assombrit, ultime raison pour garder les yeux bien ouverts, et affûter sa conscience.
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 21:52

Le foot, enfin la coupe du monde, on sait que c'est un événement mondial majeur, qu'il attire toutes les attentions et attise toutes les passions, etc. Mais est-il nécessaire d'en parler pendant plus de 10 minutes aux journaux de 20h ? N'y aurait-il pas un ou quelques autres trucs dont le monde devrait être au courant ? Je sais pas moi, le chômage des jeunes, la trou de la sécu, la bourse qui s'enrhume, le prix de l'essence toujours trop cher pour nos belles bagnoles, le terrorisme qui représente la menace la plus grave que le monde n'ait jamais connu, enfin plein de trucs hyper importants de ce style... quoi, ou un peu de réchauffement climatique, de colonisation économique, de guerre du pétrole, de 6ème extinction massive d'espèces, de l'obligation pour notre système de créer de la précarité et d'exploiter toujours plus... ou bien encore de vision collective à long terme de la société, de choix politiques nécessaires, de sobriété énergétique, de solidarité, de partage, de décroissance. Ah non là je débloque, je suis un fou égaré !

Non, les gens veulent du foot, on leur donne du foot, même au journal télévisé du soir jusqu'à en dégueuler. Enfin, ça fait bien longtemps que je n'attends plus rien de nos médias massificateurs mais quand même je plains les gens "différents", ceux qui n'aiment pas particulièrement ce sport.

Sérieusement, ne parlons pas de l'état du monde, surtout pas, laissons les gens dans leur ignorance, on ne ferait que les affoler et la consommation le moral des ménages baisserait. Attendons sagement que tout se casse la gueule, après on pourra leur dire que ça ne marche plus, et on sécurisera les gens, leurs réactions, leurs pensées, leurs consciences, on leur mettra du foot à la tv entre deux doses de prozac en leur disant que c'est bien. Et ils écouteront, ils ne broncheront pas, plus. Non ils ne seront plus humains mais cretins...

Hummm, je gueule surement parce que la France n'a pas réussi à mettre un but ce soir.

Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
2 juin 2006 5 02 /06 /juin /2006 16:40
Combien de temps allons-nous faire crever les différences et ceux qui les incarnent, les différents...
La plus probable possibilité est que ce train d'uniformisation d'enfer se poursuive jusqu'a la société de 1984 (Orwel).
A moins que des chocs (pétrolier, climatique, de civilisation, etc.) ne nous ramènent à la raison - j'en doute de plus en plus - notre système capitaliste, technicien, qui n'a plus grand chose à voir avec la démocratie telle que nos anciens l'avait imaginée, nous engloutira. Il a cette puissante capacité à tout absorber sur son passage.

Le développement durable est marketing, le commerce équitable est finance noble, le bio est tendance bourgeoise, la liberté est gaspillage, l'aide aux pays pauvres (c'est comme ça qu'on nomme les peuples qui ne fonctionnent pas totalement sous l'emprise économique mondiale) est investissement d'état sur des ressources naturelles et humaines, la guerre est croissance, la pollution est fatalité à combattre, bref, nous pansons les égratignures sur nos mains en délaissant la plaie béante que nous avons dans le dos. Nous mourrons quand même si nous ne changeons pas de prirorité.
Inutile de construire des éoliennes, des panneaux solaires, on a plus le temps, faut juste agir pendant les 20 ans maximum auquel on a encore droit.

Changement climatique : réduire de 60% nos émissions de gaz à effet de serre ne se fera pas par de petites avancées scientifiques, ni par une responsabilisation des individus et un faible changement de comportement, il faut que nos sociétés "développées" engagent un virage à 180°C pour changer d'avenir. La fatalité n'existant pas sur ce sujet, le choix est entre nos mains, pour encore quelques années, ne loupons pas notre objectif.
Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
23 mai 2006 2 23 /05 /mai /2006 08:58
L'assemblée nationale s'apprète à voter la loi de coexistence OGM le 6 juin. Et nous nous retrouvons en face d'une situation révélatrice des défauts de notre démocratie. Alors que 74 % des français souhaitent que leurs élus interdisent les cultures OGM et appliquent le principe de précaution, le risque est grand de voir ce texte autorisant les cultures OGM en plein champ voté.
Que se passe-t-il donc ?
Et bien tout simplement, dans ce cas, permettez moi de douter d'un vote représentatif des français le 6 juin, notre assemblée, ne nous aura pas représenté. Peut-on encore parler de démocratie ?
Nous sommes là face à un problème. Y'a-t-il une honnête coexistence entre les lobbies de l'agroalimentaire et notre système démocratique, il est permis de nous poser des questions.

Si la démocratie est le pouvoir exercé par le peuple pour le peuple, alors le sujet des OGM n'entre pas dans cette sphère démocratique. Les OGM seraient donc du ressort d'un autre système, technocratique celui-là ! Experts concernés et économistes sont plus à même de décider pour le peuple qui lui, n'y connait rien, n'y comprend rien, et n'est donc pas capable de choisir. Le problème des technocrates, c'est qu'ils baignent dans un milieu où l'argent règne sans vergogne et où les décisions sont avant tout économiques. Imaginez les débouchés financiers des OGM, du nucléaire, et maintenant des nanotechnologies... Le peuple ne peut pas choisir sereinement, il lui arriverait de mettre en difficulté notre économie nationale !
Chauqe décision étant de plus en plus technique, il est effectivement difficile de bien connaître un sujet donné. L'exemple des OGM est flagrant. La société technicienne ne se satisfait pas de notre modème démocratique, nous sommes bien en technocratie. A suivre la crise de régime actuelle, le dégoût des politiques par les électeurs, la dispersion des votes par manque de lisibilité des grands partis due à l'inexistence de projet réel d'avenir. La perte de repère de chaque individu engendre une diminution de notre existence dans la collectivité et une profonde crise de société.

Le peuple français, mais aussi les peuples occidentaux et du monde, va-t-il reprendre son avenir en main ? Est-ce encore possible ou sombrons-nous inéluctablement dans un système opaque et inégalitaire où quelques uns décident et la majorité subit, au détriment des plus faibles et de notre milieu de vie ?
Je ne suis pas fataliste... il y a à faire, beaucoup !
Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
12 mai 2006 5 12 /05 /mai /2006 18:07
Un article lu sur libération annonce que les émissions de CO2 mondiale ont augmenté, d'après la Banque mondiale, de 15% entre 1992 et 2002. 24 milliards de tonnes de CO2, bon bref,le constat est accablant comme d'habitude, c'est même de pire en pire...

Mais ce qui m'a exaspérer encore plus, c'est le bandeau publicitaire en haut du site de libération, une promotion pour un voyage en Espagne en avion à 42€ taxes incluses !

On se félicite, et en attendant, face notre comportement irresponsable, l'effet de serre continue de s'accroître et la planète se réchauffe. Coup de blues assuré pour moi !
Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 16:09
Au stade avancé de décomposition qu'ont atteint nos sociétés, aucun changement durable ne pourra advenir sans une prise de conscience sérieuse de chaque entité humaine, constituante ensemble, de ce que l'on appelle l'humanité. Rien ne pourra se faire dans la contrainte ou à contre-courant ! Il faut donc bien que chacun évolue pour arriver à un comportement digne non pas seulement de l'homme mais de la planète. De toute façon homme et planète sont liés et tout progrès scientifique et technique n'y changera rien ! L'homme a besoin de la nature. Point.
Un changement, une évolution des consciences, pourquoi pas ? Seulement il faut ajouter à cela le gros malaise du temps qui passe, il est complétement en notre défaveur.
Ouvrir ses sens, son âme, et sa conscience pour se rendre compte qu'au lieu d'avancer et de progresser, notre monde se détruit de plus en plus vite : arriver à prendre conscience de la situation actuelle relève d'un cheminement personnel qui peut durer en longueur... Ce temps, celui du cheminement personnel, nous ne l'avons peut-être plus ! Alors que faire ? Accélérer le mouvement au risque qu'une majorité n'y comprenne rien, c'est peine perdue, on ne pourra pas forcer les gens à repecter la vie. A vivre convenablement dans un respect de la vie sur Terre.
La solution passera forcément par une période trouble, celle-ci pourra durer ou n'être que très temporaire suivant les choix de société, et en premier de vie personnelle, que nous ferons. A moins qu'il ne soit dès lors déjà trop tard, songeons que rien n'est encore décidé et qu'un sursaut humain reste salvateur, au moins pour un temps !

Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 13:39
"Dans un monde où la compétition s'accélère, entre les entrerpises, entre les nations, entre les continents, la science et l'innovation sont les clés du progrès, de la croissance et de l'emploi", a indiqué Jacques Chirac.

Et bien c'est pas gagné, on a encore du boulot !

Dans un monde sans cesse plus autiste aux problèmes de l'humanité, il serait grand temps de stopper la compétition entre tous, de prôner la solidarité entre êtres humains, le partage avec les plus nécéssiteux d'entre nous, la convivialité dans nos actes, et prendre la mesure de ce que nos comportements engendrent bien au-delà de ce qu'il nous est possible de voir au premier abord. Il serait raisonnable de retrouver des limites, de s'auto-limiter, et oublier l'idée d'une expansion permanente et indéfinie.
Dans un tel monde, la science et l'innovation seront au service de l'humain et non une fin en soi, cher putain de Jacques (mais cela vaut aussi pour les 98% de la classe politique) arrête de nous bassiner avec ta croissance et ton emploi.
Où nous mènent la croissance et la fuite vers le plein emploi ? A un monde où les inégalités grandissent, où l'humain soigne son malaise existenciel et sa depression à coup de prozac toujours plus lobotomisant, où la Terre souillée surchauffe et s'éssouffle à un tel point que nous ne pourrons bientôt plus y (sur)vivre !
Merci d'y réfléchir cher Jacques.
Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 21:06
Question à plus de 70 dollars le baril !

Bientôt devenu trop cher pour faire fonctionner votre économie, vos transports, votre agriculture, votre industrie médicale, vos logements chauffés l’hiver et climatisés l’été, et fabriquer la plupart de vos biens de consommation, etc.

À présent que votre humanité, complètement dépendante de mon énergie polluante, ne sait plus vivre simplement, en respectant son milieu naturel, niant toute autre valeur que la richesse financière…

Sachant que d’après les plus optimistes de vos géologues ou scientifiques, ma disponibilité devrait fortement décroître d’ici au grand maximum une vingtaine d’années…

Que de plus, la mise en place de réelles alternatives nécessiterait des changements profonds dans votre rapport au monde et à votre existence qu’indéniablement vous n’êtes pas prêts d’accepter…

Je me demande toujours,

Comment allez-vous vous en sortir ?

Votre bon vieux baril de pétrole.
Le 21 avril 2006.
Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 12:19
Je propose ici deux films que j'ai vu à Cherbourg (rassemblement ensemble contre l'EPR les 15 et 16 avril 2006) est qui sont totalement révoltant, on croit qu'on en sait pas mal sur Tchernobyl 20 ans après, que c'est de l'histoire ancienne, etc...
Et bien non ! Au contraire.

L'auteur de ces films, Wladimir Tchertkoff, est un journaliste d'origine russe, qui a vécu en Suisse et maîtrise parfaitement le français, il a écrit un livre "Le crime de Tchernobyl" édifiant après 6 ans d'enquête et de rencontres avec les victimes de l'accident de Tchernobyl... Les 2 films sont basés sur ce livre et ne parlent que d'un aspect de son travail, la totalité ne peut être résumé en quelques minutes d'images mais c'est déjà bien assez choquant et révoltant que de voir ces films.


"Sacrifice" : Documentaire de 24 mn de Wladimir Tchertkoff (2003), prix du meilleur documentaire scientifique et d'environnement.
 

Sacrifice

Dans la nuit du 26 avril 1986 et dans les mois qui suivirent, un million d'hommes, appelés liquidateurs, ont été lancés contre le réacteur de Tchernobyl en feu, pour éteindre l'incendie, recouvrir les ruines de la centrale explosée par un sarcophage, improvisé en conditions de radioactivité terrifiante, et pour effacer les conséquences de la catastrophe partout: à la centrale, dans les villages, sur les routes, dans les champs. Ils ont combattu les radionucléides à mains nues, avec des pelles et des jets d'eau. Des dizaines de milliers sont morts et continuent de mourir.

Les scientifiques soviétiques calculaient que, si l'incendie de Tchernobyl n'était pas éteint pour le 8 mai, le combustible nucléaire en fusion aurait percé la dalle de béton sous-jacente, serait précipité dans le bassin de refroidissement et aurait amorcé une explosion atomique vingt à cinquante fois supérieure à celle de Hiroshima. L'Europe aurait été inhabitable. Le 6 mai l'incendie était maîtrisé grâce au sacrifice extrême des liquidateurs. Mais ils ont été mal récompensés: la Russie, l'Ukraine et la Biélorussie les ont abandonnés à eux-mêmes. L'Occident les ignore.


Le lien pour télécharger ce film :
http://www.nwa-schweiz.ch/fileadmin/user_upload/tschernobylvideos/LeSacrifice.wmv


Et encore un autre totalement boulversant :
"Controverses nucléaires" : Documentaire de 51 mn de Wladimir Tchertkoff (2003).
 
Controverses nucléaires

Ce film atteste qu'au cœur de la civilisation occidentale, riche et technologiquement avancée, un crime scientifique programmé se perpétue depuis 20 ans sous de hautes responsabilités, dans l'indifférence générale et la désinformation.

Le lobby nucléaire et la médecine officielle condamnent sciemment des millions de cobayes humains à expérimenter dans leur corps des pathologies nouvelles dans le vaste laboratoire des territoires contaminés par Tchernobyl.

Le film révèle l'existence d'un conflit d'intérêts entre deux Agences des Nations Unies, directement responsables de la gestion des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl pour la santé des populations contaminées. Un accord signé en 1959 entre l'Organisation Mondiale de la Santé et l'Agence Internationale pour l'Énergie Atomique empêche l'OMS d'agir librement dans le domaine nucléaire, si elle n'a pas l'assentiment de l'AIEA. Formée de physiciens et non de médecins, cette dernière, dont l'objectif principal est la promotion des centrales nucléaires dans le monde, est la seule Agence qui dépende directement du Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle impose son diktat à l'OMS, dont le but, exprimé au Chapitre I de sa Constitution, "est d'amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible". Les deux Agences ne reconnaissent jusqu'à présent que la mort de 32 pompiers des premières heures de la catastrophe, 200 cancers causés par irradiation aiguë et 2000 tumeurs à la thyroïde comme conséquences de l'accident de Tchernobyl.

Par contre, le Bureau des Nations Unies pour les Affaires Humanitaires partage l'avis de Kofi Annan, qui estime à 9 millions les victimes et affirme que la tragédie de Tchernobyl ne fait que commencer.

Ces faits et ces contradiction ont éclaté à la Conférence internationale sur les conséquences médicales de la catastrophe de Tchernobyl, organisée à Kiev en juin 2001 sous l'égide de l'OMS, dont les travaux ont été filmés intégralement. Au cours de débats houleux, la caméra a enregistré la colère des fonctionnaires des Agences pro nucléaires des Nations Unies, qui, menacés dans leur pouvoir par les révélations des conséquences sanitaires de la catastrophe, nient la gravité de la contamination radiologique et font obstacle aux publications des chercheurs et des médecins qui les confirment. Les données et les recommandations de radioprotection, que les chercheurs indépendants présentent avec courage et compétence, sont écartées avec dédain et arrogance. On refuse de les discuter.

L'importance de cette conférence résidait dans l'adoption d'une résolution finale, dont les recommandations constituent la base pour les décisions des gouvernements dans le domaine de la radioprotection. Conformément à la ligne maintenue par l'OMS et l'AIEA, les rédacteurs de la résolution finale n'ont pas mentionné les nouvelles données scientifiques, qui, en contradiction avec la thèse officielle, montrent que les faibles doses dues au césium137 incorporé dans l'organisme détruisent progressivement les systèmes et les organes vitaux.

Un physicien et un médecin ont eu le courage de dénoncer ouvertement le délit de non assistance aux populations en danger. L'un, Vassili Nesterenko, a eu la carrière cassée, mais continue sa bataille indépendante dans les villages contaminés. L'autre, Youri Bandazhevsky, croupit en prison, condamné par un tribunal militaire à 8 ans de goulag. Amnesty International l'a adopté comme prisonnier d'opinion. Un département et douze villes de France, dont Paris, lui ont décerné la citoyenneté d'honneur. La communauté scientifique internationale, à l'exception de quelques voix isolées, refuse le dialogue avec eux.


Le lien pour le téléchargement :
http://www.nwa-schweiz.ch/fileadmin/user_upload/tschernobylvideos/ControversesNucleaires.wmv
Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
18 avril 2006 2 18 /04 /avril /2006 16:01

Les cours du pétrole ont touché de nouveaux sommets ce mardi 18 avril 2006.
72$ le baril à la bourse de Londres et 70,88$ à New York.

On y est ou pas ? Le pic maximum de production et d'extraction du pétrole a-t-il été franchi ? Avons-nous d'hors et déjà dépassé le seuil de production au delà duquel le prix de l'or noir ne fera que monter, monter, monter. Engendrant rien de moins qu'une crise économique mondiale et d'une ampleur jamais atteinte, la crise de 1929 risque de passer pour un petit soubresaut boursier par rapport à ce que la fin du pétrole bon marché va entraîner comme choc dans notre économie dopée et complètement dépendante du pétrole.
On ne le saura qu'avec quelques mois ou années de recul. Mais on peut dès à présent, au regard de ce qui se passe, dire que nous n'en sommes pas très loin ! Les analyses s'accordent à dire que les tensions actuelles entre l'Iran et l'occident sur le nucléaire provoquent cette montée des cours. Certes, nous avons là une cause majeure mais elle apparaît dans une situation de flux tendu dans les exportations de pétrole. A présent, quelque soit la raison, chaque incident entre l'extraction, la vente, et la consommation de pétrole aura pour effet immédiat la montée des cours sans que l'on puisse vraiment y remédier.
Pour revenir sur la cas iranien, ne nous leurrons pas, les préparations de frappes aériennes sur des installations nucléaires iraniennes par les États-unis sont terminées, ils sont bel et bien prêts à frapper. Nous ne savons quand, mais ces frappes auront probablement lieu, car il en va en fait de la survie de notre économie pétrolière, de la simple survie de l'occident en tant que puissance dominatrice du monde. Le pétrole se faisant de plus en plus rare, et donc cher, le nécessité pour nos grandes puissances de ne pas rompre leur approvisionnement passera par le contrôle des ressources existantes. L'Iran baigne dans le pétrole, et d'une manière ou d'une autre, nous (les pays riches) avons besoin de contrôler ces réserves tout comme cela a été fait en Irak. Seulement des frappes aériennes ne suffiront pas pour obtenir le pétrole iranien et qui sait ce qui pourra suivre, une nouvelle invasion d'un pays comme l'Iran ne sera pas aussi simple que de faire tombé un dictateur comme Sadam. Le flou règne en maître mais soyons persuadé que les hautes sphères pensantes de la première puissance mondiale auront un plan bien établi pour arriver à leur fin. La solution réside indéniablement dans la modération puis la réduction de notre consommation de pétrole, qui ne se limite pas aux transports, mais l'aliénation, ou l'attitude bornée de certains, suivies par les populations aliénées elles aussi, laisse craindre le pire. Le seul objectif à court terme est d'acquérir le plus de réserves pétrolières possibles. Tout cela pour garder un contrôle total sur la planète. C'est d'une subtilité déconcertante de manier la peur du nucléaire quand le véritable coeur du problème concerne le pétrole.
Il n'est plus possible d'ignorer que notre puissance repose en grande partie sur l'utilisation du pétrole, qui plus est, de pétrole peu cher. Sans cela, tout part en vrille, notre production d'objets de consommation jetables sans cesse renouvelés, mais aussi nos services (transport, santé) et bien sûr notre alimentation ne fonctionneraient pas sans cette oxygène économique qu'est le pétrole. Dans ces conditions, sans qu'aucune remise en cause de notre fonctionnement actuel ne soit fait, il devient évident que ceux qui auront accès à la majorité des ressources s'en sortiront mieux que les autres, au moins pendant quelques temps.

Préparons-nous braves gens, à connaître ce qu'aucune civilisation avant nous n'a vécu, ce qui va nous arriver à court terme, les plus optimistes prédisent quelques années, cette fin annoncée du pétrole que nous ne voulons voir et que nous sommes donc bien incapables d'anticiper.
A mon sens, un crash économique arrive, et il ne serait pas étonnant que celui-ci corresponde à la fin du monde que nous connaissons, sans limite et sans limitation. Pourtant notre monde n'est pas infini et nos ressources non plus, nous allons vraisemblablement nous en rendre compte de manière violente.

Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article
11 avril 2006 2 11 /04 /avril /2006 23:24
En vrac par ici.

La tension baisse un peu coté social, pas pour très lontemps à mon avis tant la crise ne concernait pas seulement un contrat de travail, ni même le seul code du travail, ou encore le chomage... il aurait fallu regarder plus profondément dans le malaise français. Se rendre compte qu'un front de moins en moins inaudible se créer en ce moment même et qu'un jour forcément ça pétera.

Le pétrole monte, il ne va plus tarder à atteindre à nouveau son maximum.
Le boom, ou un certain boom se rapproche, toujours et encore...
Petit à petit, on y arrive.

Save the planet !

Qu'elle soit sociale, économique, écologique ou autre, une crise de grande ampleur viendra du fait simple que notre humanité fortement perturbée n'est pas capable de se gérer convenablement, elle se désintègre même bien vite.
Pardon, on EST dans la crise, elle est multiple et cumulative... En sortir me semble être une tâche complexe.

Au passage, on écarte Berlusconi et Sarko se rapproche !!!
Repost 0
Published by kémi - dans alternatures
commenter cet article

A Lire Ici