Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

présentation

Ce petit site, ou blog-comme-on-dit, alimenté depuis novembre 2004, fait état d'un sentiment sur ce monde mal en point, des notes successives qui ne riment peut-être pas toujours à grand chose...
[...]
Rédigé quasi-entièrement en pleine possession de mes moyens intellectuels, j'espère sans aucune prétention qu'il sera susceptible de vous apporter de petits moments de réflexions...


syndication RSS


Cyber @cteurs : le site d'actions citoyennes











crôa crôa...



Freemen est un réseau de blogs, dont les autreurs sont convaincus que :

1/ le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique.

2/ s'attaquer sérieusement à ce problème (et à d’autres… guerres, pauvreté, etc.) implique une remise en cause profonde de nos modèles économiques, et particulièrement de la notion de "croissance".

Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut, comme il le veut, sur son blog.

En créant des liens entre eux, les Freemen augmentent la visibilité de chacun d'eux. Rejoignez-les...

A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crédit facile
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Dérapages
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Développement durable
Développement durable et communication
Dialogue citoyen
Dieu des chats
Duplex
Eco-echos
Ecoabita
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
EKoloGik.com
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Euromillion
Europeus
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Fred de Mai
Fsens
Géoclic
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Imagine 2012
Imagine 2050
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La rage du peuple…
Le Barrablog
Le Blog à Rythme
Le Blog de Guyom
Le grand ménage
Le Mague
Le Monde citoyen
Le site de la pauvreté intérieure
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Les méditations du sauvage
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
Met@llah
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
On refait le blog
Ostende
Page 2007
Penser paysage
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
SDF
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Tristram Shandy
Un œil sur la planète…
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002

Archives


   

L'horizon s'assombrit, ultime raison pour garder les yeux bien ouverts, et affûter sa conscience.
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 15:48

Bonjour internautes, étranges animaux,

 

Retour sur le web ? ? ?

Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 13:45
Un quadri-monde, ça ne se dit pas mais c'est pourtant là que j'évolue.
Quadri, quatre : 4 mondes qui se chevauchent, 4 mondes qui ne font qu'un au final, mais 4 mondes entre lesquels je fluctue à longueur de temps.

Le premier,
disons le plus prégnant, celui dont il est impossible d'ignorer l'existence, celui dans lequel nous vivons quotidiennement, au jour le jour, le monde occidental (et oui, je parle d'où je suis).
Au sein de cette société française qui, quoi qu'on en dise, permet à beaucoup d'âmes de vivre en suivant un mode de vie certes destructeur, mais pour l'instant encore, viable - vivable - pour une partie significative de sa population, au sein de ce monde là, naissent d'autres mondes.

Le deuxième,
lié au premier, le monde disons réel, à échelle planétaire. Il se dessine dans la continuité du premier, mais son image se dégrade au fur et à mesure que l'on élargit notre vision. Ce monde bien concret, palpable même, laisse voir de plus en plus les conséquences atroces découlant du fonctionnement général de notre société - du premier monde. Monde où l'on constate que le premier ne fonctionne pas - n'est pas généralisable. La possibilité, en son sein, de se rendre compte, de réaliser ce qu'il se passe vraiment pour notre humanité, de constater que nous - occidentaux - sommes responsables, volontairement ou non, de l'état des choses, amène irrésistiblement à imaginer le troisième monde, comme pour s'échapper de ce qui ne nous convient pas.

Le troisième,
imaginaire donc, est complètement idéalisé. Il s'agit d'une utopie, d'un rêve, où tout est parfait, tout fonctionne suivant notre idée, une grande cohérence le domine. Cela n'empêche ni conflit, ni problème collectif ou individuel, à la différence que les moyens pour résoudre ces problèmes existent et fonctionnent. C'est à partir de ce monde que l'on ne peut, par définition, atteindre, que le quatrième et dernier monde doit se construire.

Le quatrième,
à venir, n'est que le résultat de nos actions, de nos choix et de nos engagements présents et futurs. Ce monde est accessible, forcément possible, forcément autre. Il se trouve quelque part entre les deux premiers mondes et le troisième. Au fur et à mesure que l'on avance dans le temps, il évolue, il évoluera toujours, puisque son but est de nous rapprocher de l'idéal, que l'on ne peut atteindre...
Plus grand sera le nombre de personnes à vouloir construire ce quatrième monde, plus vite nous nous en rapprocherons. Plus grand sera le nombre de personnes à évoluer de son premier monde vers le quatrième, plus le deuxième monde changera, et de fait, plus le quatrième monde se concrétisera sans jamais perdre de vue le troisième monde idéalisé.

Mais enfin, tout ça n'est qu'une vue de l'esprit, et nous sommes peut-être déjà arrivés dans le troisième monde, nous sommes peut-être déjà arrivés à "la fin de l'histoire"...

Je ne le crois pas, je ne conçois même pas que l'on puisse le croire.

...l'âme voyage entre 4 mondes, tentant de garder le cap...
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 20:59
2007 a commencé... c'est pas un scoop !

Je passe simplement pour relayer quelques informations.

Le 1er février se déroulera une grande mobilisation citoyenne contre le réchauffement climatique.

Toujours en cours, une pétition pour appeler José Bové à se présenter en tant que candidat pour un rassemblement unitaire.

Et pour un peu plus tard, la date du 17 mars est à retenir, manifestations dans 5 grandes villes de France contre la construction d'un nouveau réacteur nucléaire EPR. J'en reparlerai peut-être avant le mois de mars mais c'est vraiment pas sûr (comme ça) !

Voilà, je peux tenter un petit "bonne année 2007" à ceux qui y accordent de l'importance.
Aucune résolution précise pour ce début d'année... je garde mes convictions, mon esprit tremble parfois sans pour l'instant se perdre, un souhait peut-être, être suffisamment prêt pour affronter quelque évènement susceptible de survenir, quel qu'il soit !
Car nous sommes maintenant forcé d'avoir à l'esprit que le chaos nous menace toujours plus et se rapproche d'avantage chaque jour que nous passons...

...l'âme, l'âne, allez comprendre...
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
12 décembre 2006 2 12 /12 /décembre /2006 13:57
Perte de vitesse dans la publication sur ce blog.
Oui, et alors ?

Le temps que je passe attaché à cette machine (PC - internet), me sert plus à lire une certaine actualité, à me documenter sur quelques petites choses (le temps de cuisson des navets par exemple), ou à dialoguer un petit peu avec mes "contacts", enfin bref, je ne prends plus vraiment le temps d'écrire sur blokomondi (heu... c'est titre de cette page !?), ni ailleurs d'ailleurs ! Ca m'embête un peu mais il est fort possible que ça revienne. Y'a tellement d'autres choses à lire aussi, et beaucoup à faire... qu'insidieusement, j'écris moins.

En lisant des papiers sur la situation à Oaxaca, sur l'effondrement de la gauche avant cette probable pathétique présidentielle, sur les OGM, le nucléaire, les inégalités diverses, la destruction en règle de notre écosystème, la dérive de notre démocratie vers le sécuritaire, le tout marchand ; en lisant des papiers sur les crises multiples et toujours plus nombreuses et plus profondes qui jaillissent ou perdurent sur notre monde, je me rends compte qu'il est bien plus que temps d'agir !

Agir, mais quelle est notre marge de manoeuvre temporelle ? 10 ans, 20 ans ? Pas beaucoup plus en tout cas.
Agir, certes mais comment ? Une nécessité que je ressens se situe à l'échelle individuelle, se relocaliser radicalement. Diminuer ses transports. Manger local. Economiser. L'énergie, l'eau, les ressources, nos outils. Hum... bref appliquer au maximum ces "petits" gestes si cher à Nicolas Hulot. Il a raison, il faut prendre conscience des conséquences de chacun de nos actes et agir pour les réduire quand ceux-ci sont imcompatibles avec une vraie vie humaine (et la vraie vie, elle est bien différente de celle d'auchan, et probablement plus proche de celle des champs).
[ en passant : manger moins de viande, ou mieux, ne plus en manger économise énormément plus d'eau que le fait de fermer l'eau sous la douche ou en se lavant les dents, une action n'empêche pas l'autre bien sûr ! ]

Les petits gestes écolos, bien, très bien, utiles et nécessaires mais pas suffisant du tout.
Surtout, ne pas se contenter de cela, ne pas rester obnubiler par ça et aller plus loin, penser plus loin. La simplicité volontaire ne sera pas notre porte de secours, même si l'on doit être le changement que l'on veut pour le monde, quelques gentils citoyens qui consomment un peu moins et plus équitablement ne changeront pas l'ordre des choses qui s'inscrit dans le toujours plus, plus souvent, plus rapidement, fortement claironné par la publicité ainsi que l'éducation que l'on nous donne. Pub et éducation vont même jusqu'à fusionner pour ne bientôt former plus qu'une seule activité se résumant à vivre = consommer.

Agir individuellement ne constitue donc qu'une mise en cohérence de ses actes avec ses convictions mais n'est en rien un levier suffisant pour voir l'arrivée d'un réel changement de société. Ce n'est qu'un point de départ individuel. Nombre de personnes vont jusqu'à mettre en garde sur la capacité et la force du système actuel à tout engloutir. Tout comme il ne faut plus attendre le grand soir révolutionnaire, il n'y a pas à attendre de changement spontané et massif dans le comportement individuel des gens qui mangent de la publicité à forte dose quotidiennement et suivent le mouvement consumériste pour rester de son époque (!!!), ce qui rend tout le monde bien docile face à un état du monde en train de s'effriter sous nos agissements.

C'est donc par la mise en place de solutions collectives, solidaires, et équitables que pourra s'amorcer un profond changement de nos modes de vie. Il faut allier à cela un engagement politique fort des citoyens. Et voir ce politique come la gestion des choses de la cité, pas comme un combat de plus en plus stérile entre liberté commerciale et couverture sociale. Des crises se produiront mais c'est aux peuples de les gérer. C'est des simples gens que doit venir la prise de conscience collective pour pouvoir sortir des impasses (environnementale, sociale, politique, humaine) dans lesquelles nous nous sommes enfermés.
Les révolutions "à gauche" en amérique du sud sont une voie de dissension face à l'ultra-libéralisme, les faucheurs volontaires qu'on ne présentent plus sont une manière de faire émergé un débat profond de société, les actions antipub doivent se multiplier pour combattre cette diffusion agressive d'un mode de vie qui nous nuit.
Engagement polique, c'est une discussion au café du coin, c'est le partage avec ses proches, c'est la solidarité et non pas la charité, c'est la remise en cause radicale de ce que l'on ne tolère plus, de ce qui ne va plus, et son application d'abord individuellement puis collectivement.

Imaginons le jour où : les vélos envahiront les rues, 2 machines à laver serviront à toute la co-propriété, la cour de l'immeuble ou la parcelle de gazon seront transformés en petit potager naturel, les vacances se passeront avec un sac à dos, de bonnes chaussures et des moments de convivialité partagée... et quoi d'autre ? Tout, plein de choses, beaucoup de choses...

Tout ce texte pour résumer un embryon idée : la changement individuel doit s'accompagner de changements au niveau collectif, par la mise en place de solutions de vie avec et pour la collectivité. Et le tout ne doit pas se priver d'un retour au politique, d'actions militantes, d'échanges, de partage. Pour un autre monde qui résolument est possible... mais le temps presse alors agissons !

Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 20:49
Quel est la principale motivation que peut trouver un fumeur dans l'arrêt de la clope ?
Une fois ôter les bénéfices pour la santé physique et financière, il ne reste déjà plus grand chose. En creusant un peu, peu pour un véritable fumeur, on trouve l'aliénation mentale, la dépendance psychologique face à la clope. Ne plus fumer constitue une véritable libération psychique, pour avoir déjà arrêter de manière significative (plus d'un an sur 7 ans de fumette éhontée), je le sais.
Un arrêt assez long permet de se rendre compte de l'aliénation dont font preuve tous les fumeurs du monde, à chaque instant de leur vie, ils doivent être en possession de cette drogue perverse, le paquet de cigarettes ainsi que le briquet ou les allumettes indispensables qui vont avec. Dès l'instant où ces deux choses, la clope et le feu, font défaut, des troubles graves se font sentir... ceux-ci durent jusqu'à la résolution de ce manque matériel.
Bref, en arrêtant de fumer, une grande part de liberté, qui manquait jusqu'alors, est retouvée. Plus besoin de cette ignoble béquille pour vivre...
Tout ce que je raconte ici ne sera compris je pense que par des fumeurs ou ex-fumeurs, peu importe.

Donc, pour ma part, le plus gros bienfait résultant de l'arrêt de la consommation de tabac est la fin de cette aliénation mentale ou psychologique. Ceci pour un état personnel apaisé, stable, vrai.
Cela étant dit, on peut parler d'un autre fait engendré par l'arrêt. Celui de ne plus alimenter une multinationale des plus sournoises, inhumaines et importantes de notre monde, exploitation des individus producteurs, des sols, des ressources, mais aussi et particulièrement l'exploitation des consommateurs... pauvres consommateurs dépendant d'une substance extrêmement nocive qui enrichie des gens sans scrupule capables de mensonges inimaginables et assassins...

Vous l'aurez compris, je peste contre cette situation, sans pour autant en vouloir aux fumeurs, qui pour le coup, sont acteurs mais victimes d'un système pervers et bien huilé dans lequel il suffit de tuer pour s'enrichir.

...l'âme ballotée entre dépendance et liberté tente de trouver la solution...

Ne plus fumer, c'est simple et difficile mais tellement jouissif !
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 19:20
Ma retraite (anticipée !?), il est plus que temps que je la prenne, que je raccorche, que je me sépare enfin de cette activité qui me bouffe du temps, que je profite de ce surplus de temps libre pour lire, écrire, me détendre, sortir, discuter, bouger ou ne rien faire...
Quel bonheur de savoir que bientôt, du temps supplémentaire va m'être octroyé par une simple décision de ma part... prendre ma retraite !

Bon d'accord, ça fait plusieurs mois, je dirais même plus d'un an que je me suis désengagé de mon obligation sociétale, que j'apporte beaucoup moins d'intérêt à ce qui semble être une fatalité liée l'existence même : regarder la télévision.
Plusieurs mois que je ne regarde plus ces divertissements débilisants, ces émissions propagandistes, et tous ces encarts publicitaires. Plus d'un an que je me documente sur l'actualite, m'informe autrement que par la petite lucarne TV.

Une retraite anticipée qui arrive peut-être tard, mais il n'est jamais trop tard pour commencer une vie saine. J'apprécie la semaine sans télé, mais je prône surtout la vie sans télé, sans CETTE télé en tout cas. Je serai prêt à reprendre une activité télévisuelle le jour, s'il arrive, où celle-ci sera autre, sans publicité aucune, intelligente, informative, plurielle, contradictoire dans ses sujets, intéressante et non auto-censurée. Si ce jour arrive, je pense que la société aura radicalement changée.

Sans pessisme exacerbé, ma retarite risque d'être longue, très longue.
En attendant, je vivrai cette retraite forcément moins hypnotisé intellectuellement, un peu plus libre.
Je ne pense pas que ce changement d'habitude me soit fatal ou puisse me nuir, bien au contraire.


...l'âme se libère d'un appareil nocif à son existence...
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 01:13
01:13

Note pour moi-même, et pour d'autres !

Toujours penser et croire car sans cela rien n'est possible.

L'idéal imaginé, espéré et vers lequel on tend ne pourra s'enfuir indéfiniment.

Il en est ainsi et tout est possible à l'intérieur de l'âme humaine.

A l'intérieur de mon âme.

...l'âme douteuse, pense et croît, elle y pense et elle y croit...
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
23 mars 2006 4 23 /03 /mars /2006 21:33
21:32

Une journée comme celle que je viens de passer, je la prends sans broncher et j'en redemande même...
Trouver un emploi (avec peu de chance d'échec mais méfiance), dans l'agriculture bio, 26h/semaine, de 6 mois reconductibles 3 fois, avec en fond de plan la création d'un projet à long terme pour moi, un accompagnement tout personnalisé dans ce milieu que je découvre et pour envisager la suite...
En resortant de ce que l'on appelera un entretien, je respire un parfum de vie puissant, serais-je tombé sur une perle ? Fort possible.

Pour la perfomance, essayez de caser dans un entretien d'embauche le terme de décroissance, osez dire que vous êtes très proches des idées avancées par ce mouvement. Dans 99% des cas il me semble, votre interlocuteur ne captera que dalle, et bien là, c''est passé en totale cohérence avec notre discution...
J'apprends aussi que cette collectivité regroupent beaucoup de militants bio, un gros réseau de connaissances de tout horizon (anti-nucléaire, faucheurs volontaires, etc...), des repas militants, et je reçois tout ça dans la poire en quelques minutes...

Inutile de dire que mon état d'esprit présent est assez satisfaisant, ouais je sais ça fait peut-être un peu que_pour_ma_gueule mais bon...
La bouffée d'air pure m'enivre ! ! !

...l'âme enivrée respire l'air pure sans quitter la terre...
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 23:57
23:56

Au final, qu'est ce que ça peut nous foutre ?

Nous, on est là, on est relativement bien, si demain tout s'arrête, on aura vécu !
Alors pourquoi se prendre la tête avec quelques futilités qui de plus, ne nous concernent pas vraiment ?
Je vous le demande, qui en a encore quelquechose à foutre, qui possède encore un petit fond de dérangement en lui, qui reste receptif aux innonbrables maux qui tarissent nos corps et nos esprits ? Qui ?

Comment parvenons-nous à respirer, boire, manger, baiser, rire, pleurer, déconner, glander, raisonner, penser ; comment arrivons-nous encore à simplement être...
...sans devenir victime d'une écrasante angoisse, d'une inssurmontable honte face à l'existence, et face à l'existence que nous imposons au reste de l'humanité.

...l'âme débite ses conneries et s'arrête...
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article
15 mars 2006 3 15 /03 /mars /2006 23:44
Contre le CPE ? Mais aussi contre le CDI généralisé, contre la société du plein emploi. Contre le comportement destructeur de notre société. Pour résumer, je suis pour la décroissance. Pour une société sobre et solidaire...

Evidemment je me répète, je le sais.

Ces manifestations anti-CPE qui se multiplient et qui je l'espère prennent de l'ampleur, ne seront vaines que si cela débouche sur une totale insurrection des consciences. L'écart est large entre le CPE et la société de consommation outrancière et je ne pense pas que le pas puisse être franchi à cette occasion, quoique, sait-on jamais !

Si demain, la gueulante des jeunes, et du peuple dans son ensemble se dirigeait contre notre aliénation inconsciente, contre ce monde qui progresse à une vitesse vertigineuse vers les abîmes, si cette gueulante se généralise et atteint les moindres recoins de notre occident faussement puissant, si elle se transforme en une force populaire avec des convictions fortes de changements, alors je pense que je serai le premier à y participer, à monter les barricades de l'espoir, à jeter des pavés aux idées croissancistes, à hurler mon rejet de ce qui nous est présenté comme une fatalité. Je serai le premier à souscrire à une idée nouvelle, une idée noble, respectueuse de l'environnement autant que de la condition humaine, la décroissance.

Ce mot barbare, décroissance, qui est la cible d'un rejet immédiat et qui provoque l'hystérique des masses pensantes de notre monde, est pourtant le passage obligé de notre existence collective. Comme l'écrit Paul Ariès, au delà de l'urgence environnementale, il s'agit d'un combat pour d'autres valeurs. C'est une nouvelle pensée politique qui bouscule le paysage idéologique actuel. Paul Valery avait raison en disant que le temps du monde fini commence.
Croire que croître n'est pas, et que décroître il nous faut. Voilà ma vision des choses.

Et moi dans tout ça ? Je n'agis encore qu'individuellement, ce qui est le premier pas, et envisage vraiment de m'engager plus collectivement mais c'est une autre paire de manches... comme on dit.
Repost 0
Published by kémi - dans âme errante
commenter cet article

A Lire Ici