Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

présentation

Ce petit site, ou blog-comme-on-dit, alimenté depuis novembre 2004, fait état d'un sentiment sur ce monde mal en point, des notes successives qui ne riment peut-être pas toujours à grand chose...
[...]
Rédigé quasi-entièrement en pleine possession de mes moyens intellectuels, j'espère sans aucune prétention qu'il sera susceptible de vous apporter de petits moments de réflexions...


syndication RSS


Cyber @cteurs : le site d'actions citoyennes











crôa crôa...



Freemen est un réseau de blogs, dont les autreurs sont convaincus que :

1/ le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique.

2/ s'attaquer sérieusement à ce problème (et à d’autres… guerres, pauvreté, etc.) implique une remise en cause profonde de nos modèles économiques, et particulièrement de la notion de "croissance".

Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut, comme il le veut, sur son blog.

En créant des liens entre eux, les Freemen augmentent la visibilité de chacun d'eux. Rejoignez-les...

A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crédit facile
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Dérapages
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Développement durable
Développement durable et communication
Dialogue citoyen
Dieu des chats
Duplex
Eco-echos
Ecoabita
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
EKoloGik.com
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Euromillion
Europeus
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Fred de Mai
Fsens
Géoclic
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Imagine 2012
Imagine 2050
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La rage du peuple…
Le Barrablog
Le Blog à Rythme
Le Blog de Guyom
Le grand ménage
Le Mague
Le Monde citoyen
Le site de la pauvreté intérieure
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Les méditations du sauvage
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
Met@llah
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
On refait le blog
Ostende
Page 2007
Penser paysage
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
SDF
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Tristram Shandy
Un œil sur la planète…
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002

Archives


   

L'horizon s'assombrit, ultime raison pour garder les yeux bien ouverts, et affûter sa conscience.
29 décembre 2005 4 29 /12 /décembre /2005 10:16
Chacun aura peut-être déjà entendu parler de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), du Fond Monétaire International (FMI) ou de la Banque Mondiale (BM). La présence de ces instances internationales est de plus en plus remarquée. Et pour cause, depuis quelques années, ces 3 organisations mènent la danse libérale que les peuples du monde subissent. En tentant d'être simple, malgré la relative complexité de leurs fonctionnements respectifs, nous devrions pouvoir percer quelque peu le mystère de ses institutions si importantes qui nous guident dans la mondialisation.

Pour organiser le commerce, l'OMC est créée en 1995, elle succède au GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce). Son objectif affiché est de favoriser autant que possible la bonne marche, la prévisibilité et la liberté des échanges commerciaux. Ceci pour un monde économique plus prospère, plus pacifique et plus responsable.
De 1947 à 1994, le GATT avait pour but de faire baisser les tarifs douaniers sur les marchandises et ainsi faciliter la reconstruction d'après-guerre, réorganiser le monde. Cette mesure a eu un aspect positif sur l'économie mondiale alors dévastée par les conflits armés, les taxes aux frontières sont passées sur la période de 40-50% à 4-5%. Dans une certaine mesure, cela a fonctionner en dynamisant les échanges mondiaux de marchandises. Le GATT a donc parfaitement fait ce qu'il avait à faire. Grâce, entre autres, au GATT, le monde relève la tête. La libéralisation du commerce est donc bénéfique aux peuples et favorise leur développement.
La première étape se termine.
C'est l'avènement du cycle d'Uruguay (Uruguay round). Explications...
Dans le milieu des années 80, aux États-unis principalement, des industries de services (banque, assurance, télécommunication, tourisme, transport, etc...) ayant saturées leur marché national, demandent la même libéralisation commerciale que pour les biens et marchandises. Ils veulent, eux aussi, s'ouvrir au monde, et conquérir de nouvelles parts. On a donc commencé à mettre beaucoup d'autres choses sous ce régime de la liberté de commerce, à commencer par les services avec l'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS).
Après le début de ces négociations dans le cadre du cycle d'Uruguay, l'OMC voit donc le jour le 1er janvier 1995, et succède au GATT. Cette organisation rassemble aujourd'hui près de 149 pays, tous signataires des mêmes règles de fonctionnement. Cela représente 97% des pays du globe. Cette institution internationale est le centre de négociations permanentes, c'est à dire que de nouveaux domaines sont constamment soumis à une libéralisation marchande. D'où le principe des cycles, chaque cycle voit de nouveaux marchés s'ouvrir au commerce mondial. La règle du tout ou rien s'impose, un pays membre ne peut refuser une partie des accords de l'OMC. A terme, n'importe quel secteur d'activité est susceptible de faire parti des accords de libéralisation de l'OMC qui érige la liberté de commerce en lois internationales. On ne tient pas compte des aspects sociaux et environnementaux, éventuellement plus importants. Son indépendance lui confère un pouvoir gigantesque, dangereux même. L'Organe de Règlement des Différends (ORD), attaché à l'OMC, gère les différends entre les pays membres. De lourdes sanctions financières en cas de litige ne permettent pas aux pays pauvres de se défendre.
De son propre aveux, l'OMC avec le cycle d'Uruguay a réussi à libéraliser presque tous les domaines d'échanges, des brosses à dents aux bateaux de plaisance, des activités bancaires aux télécommunications et des gènes du riz sauvage aux traitements du sida. Tout cela a vocation à continuer...
Toutes ces négociations amènent finalement les pays membres à accepter d'ouvrir toujours plus de secteurs aux marchés. A terme, les négociations au sein de l'OMC mettent en péril la capacité des gouvernements à protéger leurs concitoyens, ceux-ci n'ayant aucun autre moyen que d'accepter des sanctions financières pour s'opposer au système établi. Les services publiques, de moins en moins nombreux et de moins en moins importants, constituent eux aussi, une entrave au commerce du fait des subventions publiques dont ils bénéficient. Tout don publique, aidant un entreprise par rapport à une autre, est considéré comme contraire aux lois du commerce mondial érigées à l'OMC. C'est là que nous en sommes.
Les règles qui régissent le commerce se font séparément du droit international, et c'est sans doute le problème majeur. Un premier pas dans le réajustement de cette organisation mondiale du commerce serait de l'inclure dans l'ONU. Les droits de l'homme et du citoyen et le respect de la nature pourrait alors être opposé au tout marchand qui domine. Un idéal commercial plus éthique qui n'est pas partagé par les puissances financières de notre monde, car il causerait simplement la fin du carnage de quelques uns sur le dos de tous les autres. L'OMC est un instrument puissant dirigé par les puissants de ce monde pour accroître leur pouvoir.

Quelques années avant la création du GATT en 1994 (OMC depuis 1995), a lieu à Bretton Woods une conférence monétaire et financière des Nations Unies. L'objet est de discuter de la reconstruction de l'Europe d'après guerre et de divers problèmes monétaires (instabilité des taux de changes, pratique commerciales protectionnistes). Le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BM) sont créés à cette occasion. Leurs objectifs sont respectivement, pour le FMI la stabilité du système monétaire avec des taux de change stables et un contrôle des capitaux, et pour la BM, la reconstruction de L'Europe et du Japon d'après guerre à l'aide de prêts aux pays dévastés.
De nobles objectifs au départ, mais une déviance de plus en plus prononcée vers un libéralisme à l'occidental marquent ces institutions de leur empreinte. Une dérive progressiste a lieu particulièrement au sein du FMI qui n'est pas dirigé démocratiquement mais dominé par les pays riches sur le principe d'un dollars égal à une voix. Les riches sont les maîtres de cette institution, les États-unis avec plus de 17% des voix sont les seuls à posséder un droit de veto. Il en découle que la doctrine économique libérale des États-unis s'applique au FMI sans aucune opposition possible à l'intérieur de la structure.
Dans la pratique, le FMI financé et contrôlé par les pays riches, accorde des prêts aux pays en proie à des difficultés financières. En contrepartie bien sûr, il fixe ses conditions. Les ajustements structurels, sous forme de recommandations économiques, visent à faire baisser les dépenses publiques en privatisant certains secteurs jugés inefficaces et à libéraliser les marchés intérieurs. Ceci est une obligation pour un pays bénéficiant d'une aide du FMI. Cette fois encore, seul le point de vue économique est pris en compte. Il est donc plus juste de voir le tout comme un instrument aux mains des pays riches pour imposer aux pays pauvres (en voie de développement), des règles strictes d'ouverture de leurs marchés, les plans d'ajustements structurels.
En somme, pour empêcher un pays en difficulté de s'enfoncer économiquement, le FMI et la BM prêtent de l'argent, en échange d'une diminution importante des dépenses publiques, ce qui revient à privatiser de nombreux secteurs (éducation et santé peuvent être dans le lot !). Au final et dans les faits, c'est une nuisance au développement qui s'opère. Les pays sont étouffés par des mesures qui les dépassent. Le modèle de développement occidental est imposé sans concession comme si capitalisme et libéralisme marchand étaient les seuls moyens pour l'humanité de se développer et de vivre correctement.

Libéralisation sans limite, marché tout puissant, dogme économique, fuite en avant, déréglementation permanente, contrôle inexistant ou inopérant, hommes et environnement délaissés.
L'OMC, le FMI et la BM forment le trio gagnant de la mondialisation marchande à l'oeuvre. Les oppositions de plus en plus nombreuses ne permettent pas de changer la donne. Quelques modifications permettraient d'engager un cercle vertueux de réappropriation de ces institutions pour les remettre au service de tous et non de quelques uns.
Par exemple mettre l'OMC, le FMI et la BM sous l'égide de l'ONU aurait pour conséquence directe la prise en compte et le respect des droits humains et de l'environnement, ce qui n'est absolument pas le cas aujourd'hui.
Prétendre lutter contre la pauvreté en soutenant un système que l'on ne saurait qualifier que d'immonde, et qui on le voit bien, ne parvient pas à fonctionner équitablement sur toute la planète, relève d'une profonde aberration. La logique voudrait un changement, mais ce monde est tout sauf... logique.
L'Organisation Mondiale du Commerce, le Fond Monétaire International et la Banque Mondiale agissent en moteurs de la mondialisation effrénée. S'attaquer à eux, les remettre en cause, constitue la base nécessaire pour un mieux que l'on doit espérer (Un autre monde reste possible).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

OMC IMAGES 04/01/2006 13:34

Je signale une BD sur l'OMC qui justement s'y attaque :http://www.local.attac.org/paris19/article.php3?id_article=116(sorte d'introduction engagée à l'OMC)Merci !

kémi 04/01/2006 18:15

Merci pour cette BD, compréhensible et à faire circuler...

nico 29/12/2005 13:48

décidémment, quelle plume !;)
Cet autre monde reste utopique. Battons-nous pour ces utopies, question de survie...

kémi 29/12/2005 19:44

Qui disait, "L'utopie est ce qui n'a pas encore été tentée" ???Je trouve ça bien juste. Utopions-nous donc !

A Lire Ici